Paroisse protestante de Sélestat

Bienvenue sur www.martinbucer.org

eglise.jpgCe site a pour objectif de vous présenter la Paroisse Protestante de Sélestat. Vous y trouverez des informations pratiques et toute l'actualité concernant la vie et l'histoire de la Paroisse Protestante de Sélestat (UEPAL), ville natale de Martin Bucer en Centre-Alsace.

Nous vous souhaitons une bonne visite sur www.martinbucer.org.

Emb

 

 

Le site de la paroisse de Sundhouse-Marckolsheim : http://eglisedesundhouse.wix.com/paroisse

 logo-uepal.png

Bloc-notes

CP, cap ou pas cap ?

Electionscp2018

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Conseil Presbytéral : cap ou pas cap ?

Quel cap pour la paroisse, oh captain, my captain ?

Le capitaine à bord de la paroisse, c'est le Conseil Presbytéral. Pas le pasteur, même si ce dernier en fait partie et même souvent en est le président.

Les conseillers presbytéraux, quelle est leur tâche ?

Souvent terre à terre : premières chevilles ouvrières dans l'organisation des fêtes et rencontres, dans les menus travaux manuels, à compter l'offrande etc.

Engagés dans la pâte matérielle de la paroisse : voter un budget annuel, décider de travaux comme récemment pour l'Espace Martin Bucer, les suivre, monter un plan de financement etc.

Mais aussi donner une direction spirituelle : de quelle manière célébrer la Sainte Cène, à quelle fréquence ? Comment articuler le projet paroissial par rapport au Consistoire et l'Eglise dans son ensemble, comment l'articuler à la vocation qui nous est adressée par le Christ ?

Et souvent, nous constatons que spirituel et matériel sont liés : Comment organiser l'accueil des paroissiens ou des enfants au culte ? Le verre de l'amitié à la sortie, c'est juste de la convivialité ou construisons-nous aussi la communion ? Quand nous faisons un appel à offrande, comment faire comprendre que l'Eglise a besoin de moyens financiers pour coordonner son action, mais que l'amour de Dieu est gratuit ? La rénovation, c'est pour le cocorico protestant ou pour améliorer les conditions d'accueil ?

L'enjeu et la chance du CP, c'est de travailler le sens des activités paroissiales et ecclésiales, encore et encore. D'éviter le risque de la routine. Et en cela, je suis convaincu qu'être conseiller presbytéral peut être une véritable expérience spirituelle personnelle enrichissante, au-delà des "corvées".

L'engagement comme conseillère ou conseiller est donc un engagement fort, mais aussi fécond.

Alors cap ou pas cap ? Pourriez-vous vous sentir appelé·e à être candidat·e ?

Parlez-en au pasteur ou aux autres conseillers !

Jürgen Grauling

 

Lire la suite

L'éleveur et le berger

Parabole non-biblique du dimanche 15 octobre

Torstenbehrensflickr Photo : (c) Torsten Behrens, Flickr creative commons

Il était une fois un éleveur de brebis. C’est bien ainsi qu’il convient de l’appeler, car il ne se considérait pas comme un berger.

Il possédait un beau troupeau, un beau parc, autour duquel il avait construit une belle clôture.

Tous les jours, il en faisait le tour pour inspecter si cette dernière était toujours intacte. Lorsqu’il remarquait une brèche, il la réparait immédiatement, puis allait à la recherche de la brebis qui s’était échappée pour la ramener dans l’enclos.

Or, au bout d’un certain temps, il dut constater de plus en plus fréquemment que ses bêtes passaient entre les mailles des filins pour s’enfuir hors du parc, parfois deux, trois, jusqu’à cinq à la fois.

Il fallut se résoudre à renforcer la clôture, par du fil barbelé dans un premier temps, et comme cela n’enrayait pas vraiment la fuite des moutons, en l’électrifiant avec de puissantes piles électriques.

Enfin, la dérobade animale cessa. Cependant, il fallait surveiller de près le fonctionnement électrique de la clôture, car à la moindre panne les brebis en profitaient pour s’évader. Aussi, notre éleveur constata que son bétail se tenait toujours en bordure du parc et bêlait souvent à en déchirer le cœur.

Un jour, il décida d’aller consulter son voisin. Celui-ci était berger, c’est bien ainsi qu’il convient de l’appeler, car il ne se considérait pas comme un éleveur.

Il lui expliqua ses difficultés et se renseigna comment l’autre s’en sortait.

Le berger dit à l’éleveur qu’il n’utilisait le parc que rarement. En général, il passait son temps près de son troupeau, en compagnie de son chien.

L’éleveur, surpris, remarqua qu’il devait y avoir de nombreuses bêtes pour s’échapper au loin.

Pas du tout, répliqua l’autre, c’est exceptionnel qu’une brebis s’éloigne du cheptel ou se perde.

 

Sincèrement intrigué, notre homme demanda alors au berger de venir le voir, afin qu’il se fisse une idée du problème qu’il avait avec ses brebis.

Au jour dit, le berger fit le tour de l’enclos de l’éleveur. Puis il passa au milieu des bêtes et observa le reste du parc.

A la fin de la visite, il s’adressa à son hôte : Cher ami, la clôture que tu as construite pour tes brebis est impressionnante. Cependant, il me semble que tu as oublié l’essentiel.
(...)

 

Lire la suite