Billets de selestuepal

Une nuit pour nous mettre debout

 Une nuit pour nous mettre debout !


Avent : temps de l’attente ardente, de préparation et de réflexion.
Je sais : c’est la théorie. En pratique, c’est plutôt une période très animée où on a du mal à reprendre haleine... Alors, l’hiver qui suivra sera peut-être plus adapté au calme et propice à un regard intérieur ? En tout cas, je nous le souhaite. Après des festivités grandioses (mais poussives) pour les 500 ans de la Réforme, nous avons besoin de méditer sur notre vocation à être chrétiens dans un monde en profonde mutation. Que signifie l’apparition du Christ (Noël) pour moi, pour toi, pour nos contemporains ? En quoi est-il « Jésus », c’est-à-dire « Dieu sauve » ? En quoi moi, toi, nos contemporains avons-nous besoin d’être « sauvés », secourus, secoués, remis debout, rétablis dans notre dignité ? Comment nous,
église, croyants lambda, pouvons-nous contribuer, même modestement, à cette remise debout ? Reconnaître notre besoin de Soffle d’abord, puis prier qu’Il nous (ré-)anime, en profondeur ! Je vous souhaite une Nativité bénie, une Nuit hivernale sainte qui remette debout,


J. Grauling

 

(cliquez sur l’image)

F108c1c8 604a 456c a9da 540d21690275

Parole aux enfants

(Calendrier de l'Avent du 23 décembre)

Job, le p'tit berger

 

 Dimanche dernier, lors du culte, les enfants des Buceroles ont proposé leur saynète de l'année : Job, le p'tit berger (d'après un conte de Nadine Mignot).

P'tit Job, averti que Jésus est né à Bethléem, ne veut pas arriver les mains vides à la crèche. Aussi fabrique-t-il des petits cadeaux. Sur le chemin, il fait des rencontres.

Dans quel état arrivera-t-il devant Jésus ?

Pour le découvrir, regardez le petit film de la saynète (cliquez sur l'image). Merci pour l'engagement tout au long de l'année des moniteurs et monitrices, merci aux enfants pour leur persévérance. Vous aimeriez vous engager comme monitrice ou moniteur, parlez-en au pasteur !

Buceroles122017

Petit Job était déjà l'histoire du 24 décembre 2015. A l'occasion, nous avions fait un diaporama avec les figurines de la crèche de Christa Clerc.

Pour le redécouvrir : Petitjobnoel2015redim 4petitjobnoel2015redim-4.ppsx (5.5 Mo)

Petitjob

Bien à vous,

Jürgen Grauling

Pour voir tous les billets du calendrier de l'Avent : www.martinbucer.org/blog

 

Pour célébrer ensemble la joie de Noël, nous vous proposons :  

 

-Un Culte Petits Petons

Pour les tous petits (1-6ans), le samedi 23 décembre à 17h15 à l'Espace Martin Bucer

 

-Une veillée de Noël pour petits et grands

le dimanche 24 décembre à 18h à l'église protestante

 

-Un culte de Noël

Le lundi 25 décembre à 10h15 à l'église protestante

Taizé-Bâle : un ou deux déplacements proposés

Consistoire protestant de Sélestat Taizé à Sélestat

 

INFORMATIONS POUR LES DEPLACEMENTS Pèlerinage de confiance de Taizé à Bâle

Taizebale

Fichiers d'inscription ici : Taizebaleselestatinscription2017taizebaleselestatinscription2017.pdf (125.9 Ko)  Taizebaleselestatinscription2017taizebaleselestatinscription2017.docx (30.62 Ko)

 

Sélestat – Taizé-Bâle (29 et/ou 30 décembre 2017)

 

Concernés : jeunes entre 16 ans révolus et 75 ans (carte d’identité, mineurs : autorisation parentale et sortie de territoire nécessaires !!!)

DEVISES : Francs suisses.

 

Bonjour à vous,

Je propose un déplacement collectif pour Taizé-Bâle en train SNCF

le vendredi 29/12 (prière de midi et du soir incluses)

et/ou

le samedi 30/12 (prière de midi jusqu’à fin d’après-midi, sans la prière du soir!!)

Si nous sommes suffisamment nombreux, nous pourrons prendre des billets-groupe, ce qui revient à environ 20€ l’aller-retour, pour les tenants de cartes de réduction, le déplacement peut être moins cher, notamment le samedi!)

Vous pouvez vous inscrire pour les deux journées ou pour une seule !

 

Programme (http://www.taize.fr/fr_article4580.html) :

 

Vendredi 29 décembre une journée à Taizé-Bâle

 

Rendez-vous à la gare de Sélestat à 11:00 sur le quai du départ vers Bâle
AR en train départ 11:10 gare de Sélestat (20€ si vous vous inscrivez de manière ferme, avant Noël et que nous sommes suffisamment nombreux; 35,80€ si vous prenez le jour-même !)
Repas à la charge de chaque participant (sandwiches, tiré du sac...)
Programme :
Arrivée 12:09 Gare SBB, 13:00 Prière de midi dans une église.
15h Ateliers divers
19h-20h30 Prière du soir
dans une halle de la St. Jakobshalle ou de la St. Jakob-Arena.

RDV à la gare
Train retour à 22h39 pour arrivée 0:11
Possibilité de camper à l'Espace Bucer, si vous le souhaitez

 

 

Samedi 30 décembre

Une partie de journée à Taizé-Bâle, suivi du groupe de jeunes

RDV à 11h sur le Quai de la gare en direction de Bâle
AR en train départ 11:10 gare de Sélestat (20€ si vous vous inscrivez de manière ferme, avant Noël; 35,80€ si vous prenez le jour-même !)
Repas à la charge de chaque participant (sandwiches, tiré du sac...)
Programme :
Départ en train 11.10 de la gare de Sélestat.
Arrivée 12:09 Gare SBB, 13:00 Prière de midi dans une église.
15h Ateliers divers
Train retour à 18:21 pour arrivée 19:17

NB : Pas de train retour qui permette de participer à la prière du soir (dernier train à 20:39)

Soirée groupe de jeunes pour qui en a envie

 

INSCRIPTION Sélestat-Taizé-Bâle

 

NOM : ____________________________ Prénom : ___________________________ Age : ___ ans

 

N°/rue : _______________________________________________________________

 

CP/Commune : ______________________________________________________________________

 

Date de naissance : ___/___/_______ Lieu de naissance : ____________________________

 

Nationalité : _________________________

 

Pièce d’identité : CI/Passeport n° __________________________ valable jusqu’à _______________

pour les mineurs : Sortie de territoire ok ??

 

Téléphone mobile : _____________________________ / Fixe : _____________________________

 

adresse mail : __________________________________@_______________________

 

Compte Facebook : ____________________________________________

 

En cas de problème, contacter :

 

NOM/Prénom/Lien (mère/père/autre) : ______________________________________________

 

Adresse si différente : _____________________________________________________________

 

N° de téléphone : _____________________________________

Mineurs : autorisation parentale / sortie de territoire nécessaire !

 

Je m’inscris pour :

 

O le vendredi 29 décembre 2017 (11h00 à 0h11)

O je souhaite (dans la mesure du possible) bénéficier d’un billet au tarif groupe

(inscription ferme jusqu’au 24 décembre, je m’engage à régler 20€ à Jürgen Grauling)

O j’aimerais camper à l’Espace Bucer, si possible

 

 

O le samedi 30 décembre 2017 (11h00 à 19h30)

O je souhaite (dans la mesure du possible) bénéficier d’un billet au tarif groupe

(inscription ferme jusqu’au 24 décembre, je m’engage à régler 20€ à Jürgen Grauling)

O je suis également intéressé-e par le groupe de jeunes à l’Espace Bucer ensuite

 

Date/signature : à envoyer par mail à jgrauling@hotmail.com

Une rose a fleuri

(Calendrier de l'Avent du 19 décembre)

D'un arbre séculaire
Du vieux tronc d'Isaï,
Durant l'hiver austère
Un frais rameau jaillit;
Et sur le sol durci,
Dans la nuit de la terre
Une rose a fleuri.

Flickrrosejoshrendell

(photo : © Josh Rendell, Flickr Creative commons) (Lien sur la photo : Es ist ein Ros entsprungen, cliquez)

Effeuillage de fleur :

Dieu vous aime

pas du tout

un peu

beaucoup

à la folie

sans commune mesure

avec passion

à en tomber par terre

à en mourir

à vous donner le sourire

à vous mettre debout

à vous donner tout !

 

J. Grauling

 

1 Puis un rameau sortira du tronc d'Isaï, Et un rejeton naîtra de ses racines. 2 L'Esprit de l'Eternel reposera sur lui: Esprit de sagesse et d'intelligence, Esprit de conseil et de force, Esprit de connaissance et de crainte de l'Eternel. 3 Il respirera la crainte de l'Eternel; Il ne jugera point sur l'apparence, Il ne prononcera point sur un ouï-dire. 4 Mais il jugera les pauvres avec équité, Et il prononcera avec droiture sur les malheureux de la terre; Il frappera la terre de sa parole comme d'une verge, Et du souffle de ses lèvres il fera mourir le méchant. 5 La justice sera la ceinture de ses flancs, Et la fidélité la ceinture de ses reins.

6 Le loup habitera avec l'agneau, Et la panthère se couchera avec le chevreau; Le veau, le lionceau, et le bétail qu'on engraisse, seront ensemble, Et un petit enfant les conduira. 7 La vache et l'ourse auront un même pâturage, Leurs petits un même gîte; Et le lion, comme le boeuf, mangera de la paille. 8 Le nourrisson s'ébattra sur l'antre de la vipère, Et l'enfant sevré mettra sa main dans la caverne du basilic. 9 Il ne se fera ni tort ni dommage Sur toute ma montagne sainte; Car la terre sera remplie de la connaissance de l'Eternel, Comme le fond de la mer par les eaux qui le couvrent.
10 En ce jour, le rejeton d'Isaï Sera là comme une bannière pour les peuples; Les nations se tourneront vers lui, Et la gloire sera sa demeure.

 Esaïe 11 (Louis Segond)

Lire la suite

Du raffinage au raffinement

(Calendrier de l'Avent du 18 décembre)

Obsttheocrazzolaraflickr

(photo : © Theo Crazzolara, Flickr Creative commons)

Je sens que je vais me faire mal voir...

Je risque de me mettre énormément de gens à dos : les Marthes qui font des bredle, les gens qui adorent le chocolat, les betteraviers et une ville toute entière dans le voisinage avec sa fabrique éponyme : Erstein.

Eh oui, il y a trois jours, j'ai décidé d'arrêter le sucre.

Ça m'est venu comme ça, après avoir vu un reportage où il était question de rats cocaïnomanes qui, mis devant le choix entre injection de drogue et distribution eau sucrée, optent pour cette dernière à 80%. De l'augmentation constante de consommation de sucre, de 0,8 kg par an et par personne en 1800 à 35 kg aujourd'hui.

Quand je dis sucre, entendez : le sucre raffiné. Or, on en trouve partout. Lors d’une "petite" fringale, il m'arrivait d'avaler une tablette de chocolat entière ? Bim, 55 g de sucre, soit plus que la dose journalière maximale conseillée (25-50 g) en 5 minutes. Bon, quand on mange des pâtisseries, on s'attend à manger du sucre, mais achetez des soupes en brique et des plats salés déjà préparés : il y a du sucre ajouté partout...

Stop ! Qu'est-ce qui te prend de parler de ça, c'est un calendrier de l'Avent ?!

Vous avez raison : loin de moi l'idée de vous culpabiliser, encore moins à l'approche des papillotes et des bûches de Noël. C'est sûr que je ferai, moi aussi, des exceptions à mon régime.

J'aimerais simplement vous adresser une invitation à retrouver le goût de la complexité ! Du raffinement en lieu et place du raffinage.

Le raffinage - paradigme de notre existence moderne

Le raffinage est un procédé industriel qui permet d'extraire un principe actif d'un produit brut, comme le sucre de la betterave ou de la canne.

Ensuite, nous l'ajoutons comme ingrédient au besoin ou à l'envi à nos préparations, sans nous embêter avec les fibres et les "déchets".

Le plaisir du moëlleux, sans désagrément, en quelque sorte.

Pratique ! Tellement que nous pratiquons cela, de plus en plus.

Nous avons inventé les rapports sexuels sans relation et - presque - sans sentiment.

L'activité physique, pure, sans autre but que de "nous dépenser".

Les achats sans avoir à parler à l'épicière ou à la caissière, même au clic sans avoir à nous déplacer.

Je suis sûr que vous arriverez vous-mêmes à allonger la liste...

Esclaves de nos circuits de récompense dans le cerveau, voilà ce que nous risquons de devenir. Comme ces rats de laboratoire qui n'arrivent plus à se passer de leur soda.

Une existence sans désagrément ? Peut-être. Mais au risque d'une vie qui finit par manquer de saveur.

Pour votre santé, mangez cinq fruits et légumes.

Pour votre santé spirituelle,

variez les plaisirs,

ne dédaignez pas les fibres,

cultivez le terroir,

le raffinement dans vos relations avec autrui (petit a ou grand A).

 

Bonne route sur cette dernière ligne (droite, courbe ?) qui nous mène vers Noël.

 

J. Grauling

 

Le royaume des cieux est encore semblable à un trésor caché dans un champ. L'homme qui l'a trouvé le cache; et, dans sa joie, il va vendre tout ce qu'il a, et achète ce champ.

 

Matthieu 13, 44 (Louis Segond)

Lire la suite

Dieu entre dans la vieille carne de l'humanité

(Calendrier de l'Avent du 16 décembre)

 

... La lumière brille dans l'obscurité, mais l'obscurité ne l'a pas reçu... Et la Parole devint chair et vécut parmi nous, plein de grâce et de vérité. Jean 1. 1-18

 

J'aimerais bien...

J'aimerais bien vous offrir des petits présents bien ficelés, comme dans les calendriers de l'Avent que vous trouvez dans les commerces,

genre petit chocolat qui fond, moëlleux, sur la langue et glisse dans le gosier.

Oui, j'aimerais bien vous offrir ce petit moment plaisir, petit clin d'oeil sympathique et sans conséquence.

Le genre conte de saison avec des sapins blancs et des bonhommes de neige, un gentil grand-père rouge qui crie Ho ho ho.

Nous avons fait de Noël cette fête où nous nous donnons le droit de retomber en enfance, de rêver d'un monde d'innocence où nos rêves restent intactes.

C'est la fête du paradis perdu qui a donc forcément un petit goût de nostalgie.

Je comprends qu'on veuille s'offrir cette parenthèse de fin d'année dans un monde souvent stressant...

Sauf que voilà...

Nous risquons de réduire la Bonne nouvelle de Noël à une fadaise qui ne dupe que les enfants et les niais.

Or, la fête que nous préparons est la fête de l'incarnation, donc tout le contraire du monde douillet et sans aspérités.

Incarnation :

Dieu entre dans la vieille carne de l'humanité et en adopte toutes les douceurs mais aussi toutes les dures misères.

Au milieu de l'obscurité, il fait briller la lumière.

Noël est donc la fête de la complexité.

Elle nous chante l'innoncence ET la fragilité,

nous dépeint une naissance ET un tyran menaçant,

des langes ET des conditions miséreuses,

l'arrivée d'un Sauveur ET les obstacles qui se dressent devant lui,

ces obstacles qui seront vaincues ET le prix fort qu'il faudra payer pour cela.

Noël n'est donc pas la fête de la nostalgie mais celle de l'espérance,

pas celle du paradis perdu mais du "royaume", du monde nouveau à venir,

et pourtant déjà commencé.

Pour finir, tout de même un petit bonbon qui chante la beauté ET la fragilité :

Et incarnatus est, de Mozart interprêté par Natalie Dessay :

 

J. Grauling

Et incarnatus est

 

 

Lire la suite

Maranatha - Seigneur, viens bientôt !

(CalendrierAvent 15 décembre)

585e68ab e0e8 4068 9523 c26cb254771c

Il est des jours comme cela...

où l’on n’en peut plus d’attendre,

de s’entendre promettre : il vient !

Mais qu’il soit là, déjà, maintenant,

qu’attend-il ?

S’il était là, mon frère ne serait pas mort (Marthe en Jean 11).

Sous-entendu : Pourquoi est-il en retard ?

Qu’il hâte ce jour où il essuiera toute larme,

où la mort ne sera plus (Apocalypse 21).

A la promesse : Avent, il vient !

Je réponds : Qu’il arrive, le

Seigneur, vraiment !

Maranatha ! Seigneur, viens bientôt ! (Ap 22,6)

 

Ah si le Ciel se déchirait, o Heiland, reiß die Himmel auf (Esaïe 63). (Lien vers YouTube https://youtu.be/8AWhXZgjWg8)

 

Marthe et Marie : quand Jésus "balance la porcherie"

(#CalendrierAvent 12 décembre)

 

Marthe prépare, Marie médite.

Deux manières différentes pour accueillir la visite.

Marie médite, Marthe prépare,

mais celle-là a choisi la meilleure part. (Luc 10, 38-42, voir le calendrierAvent d'hier)

Marthemarievermeer

(Par Johannes Vermeer, Domaine public, commons.wikimedia)

 

A peine cinq versets, une historiette de rien du tout.

Deux phrases rapportées de la part de Jésus, et pourtant une révolution.

« Marthe, Marthe, tu t’inquiètes et tu t’agites pour beaucoup de choses, mais une seule est nécessaire.

Marie a choisi la meilleure part qui ne lui sera pas enlevée. »

 

#balancetonporc ?*

Jésus jette par-dessus bord la porcherie toute entière.

J’exagère à peine.

Naturellement, nous aurions tendance à comprendre Marthe, à lui donner raison, n’est-ce pas ?

Si on invite, il faut bien servir (à) quelque chose. Si personne ne s’agite, pas d’invite et pas de visite !

Certes, mais dans l’interpellation de Marthe, elle sous-entend beaucoup plus…

La seule manière convenable pour elle de recevoir de la visite,

la seule façon acceptable pour une femme de se distinguer,

c’est de se mettre au service, pas de se mettre à l’écoute, pas de se mettre à hauteur d’yeux.

A aucun moment même, elle n’envisage de concilier les devoirs de l’hospitalité avec la possible disponibilité auprès de ses invités.

 

Marthe, sans qu’elle ne s’en rende compte, a intégré la « porcherie »,

le patriarcalisme, ce système ancestral qui confine les femmes toujours dans des rôles subalternes et les assigne aux fourneaux et à la maternité, et dans le monde moderne à des objets de plaisir et de faire-valoir.

Elle s’en fait même la garante.

Si elle interpelle Jésus au sujet de Marie (pourquoi pas de Lazare, son frère, tiens!), ce n’est pas une simple question de jalousie.

Elle suggère qu’une femme n’a pas sa place en disciple.

Une femme, ça ne médite pas, ça ne philosophe pas, c’est réservé au monde des hommes.

 

Jésus jette par-dessus bord la porcherie et a tendance à regarder les femmes à hauteur d’yeux.

S’il reconnaît la peine que se donne Marthe, il donne raison à Marie.

Il fait de Marie-Madeleine et des femmes venues à la tombe les premières apôtres.

Il philosophe avec une femme étrangère et marginale (la samaritaine, Jean 4) sur la margelle d’un puits.

Il renvoie une autre à une vie nouvelle où elle pourra exister sans être réduite à un objet de désir (« Va et ne pèche plus ! » Jean 8).

Il ne s’offusque pas d’être touché par une femme estampillée par le système patriarcal comme « impure » mais loue sa grande foi (Luc 8, 40ss).

Les veuves deviennent pour lui protagonistes de paraboles (Luc 15, 8ss et Luc 18, 1ss).

 

Malgré tous les efforts des siècles à venir, les églises n’ont pas réussi à éradiquer de l’Evangile l’œuvre émancipatrice du Christ.

 

J. Grauling

Note

* #balancetonporc et #metoo (« moi aussi »), étaient les mots d’ordre ou hashtags utilisés par les personnes qui souhaitaient dénoncer des agressions sexuelles, à la suite de l’affaire Harvey Weinstein, il y a quelques semaines. Le « porc » désigne l’agresseur, mais l’agression et le sexisme ne sont sans doute que la partie émergée de l’iceberg, de la « porcherie » qu’est le système patriarcal qui a la vie dure.

Lire la suite