Billets de selestuepal

Une Eglise à inventer...

20160925moissons2

Le constat : moins de pasteurs et moins de fidèles

Juste avant l’été, nous avons entamé dans le consistoire une réflexion fondamentale concernant l’avenir de l’Église. D’ici 2030, l’UEPAL aura une soixantaine, soit 25 % de pasteurs en activité en moins. En même temps, nous assistons à un changement rapide qui aboutit à une société où appartenir à une paroisse, baptiser, demander une bénédiction nuptiale et même se faire enterrer à l’église sera de moins en moins naturel.

D’une Église de desserte et de proposition à une Église de témoins

Ces deux mutations majeures remettent en question un fonctionnement qui était concentré sur la « desserte » d’un territoire où il fallait en premier « assurer » les cultes, les casuels, le catéchisme, éventuellement des visites et des études bibliques et où les pasteurs ont tenu une place de plus en plus centrale. Notre Église « de multitude » continuera de répondre aux demandes existentielles d’accompagnement ponctuel aux grandes occasions de la vie. Mais d’une Église de proposition, nous devons sans doute évoluer vers une Église de partage de l’Évangile et de témoignage où se vit la communion de chrétiens heureux de se retrouver, d’échanger et de s’engager. Fini le temps où je viens à l’église pour « écouter le pasteur », venons désormais à l’église parce qu’il y a quelque chose d’essentiel à y vivre.

Rejoignez un groupe de travail

Si vous êtes prêts à participer à la mise en route, manifestez-vous ! Des groupes de travail seront créés prochainement, avec pour mots d’ordre : prendre conscience, prier, se mettre à l’écoute, expérimenter.

L’Église de demain dès aujourd’hui

Expérimenter, nous le ferons déjà pendant le trimestre à venir : les cultes intégreront une dose de partage. Un des cultes mensuels est déplacé au samedi ou dimanche soir avec la possibilité de se retrouver ensuite autour d’un souper participatif avec Sainte-Cène. Une petite équipe s’essaie aussi à des célébrations conviviales nommées « scène culte » (23 septembre et autres dates à venir).

 

J. Grauling, pasteur

 
 

Chipie fait son coq après la victoire des Bleus

Croa, Croa-tes, Croates, ... cot, cot, cot, cot...

Cocororicoooooo

Quand Chipie fête la victoire des Bleus :

Lire la suite

Edito avant l'été

Dans notre paroisse, l’été ne veut pas dire ralentissement des activités. Si la plupart des groupes paroissiaux fait une pause pendant les vacances, le programme riche qui vous est proposé dénote peut-être de légèreté : mini-concerts des Estivales de l’orgue, organisés par Julie Fischbach, « respirations Taizé », ouverture touristique de l’église, 4Quarts-partages du mois, Petits petons… Bonne découverte de l’agenda à vous.

Les points forts de l’été sont le culte de départ d’Anne Lepper de Sundhouse (8 juillet), l'arrivée de son successeur Daniel Jundt (9 septembre), et, bien sûr, la fête paroissiale du 2 septembre prochain. Une réunion préparatoire pour celle-ci se tient le lundi 18 juin, venez-y nombreux.

Un été béni à vous toutes et tous,

 

Jürgen Grauling, pasteur

Respirationtaizeaffichebis  Estivales2018

Où donc est passée Câline ?

Culte de familles, dimanche 15 avril, 10h15

église protestante (place du marché aux Pots, Sélestat)

Caline

Aux armes (spirituelles), concitoyens du Ciel !

Culte rimé du carnaval sélestadien

Dimanche Invocavit 18 février

Textes bibliques : - Matthieu 4, 1-11 (la tentation de Jésus au désert)

                              - Ephésiens 6, 10-20 (les armes spirituelles)

Prédication (Axel Imhof)

 

« On ne peut vraiment jamais être tranquille »

Aurait pu dire Jésus, tout juste baptisé

Et conduis au désert pour y être tenté

Souvent belle, la vie est rarement facile

 

Sourire et grimace sur nos visages

Car nos trajectoires sont pleines de virages

A la paix, à la joie se mêlent bien des épreuves

Il en faut des combats pour faire peau neuve

 

Il est des épreuves qui ne s’affrontent que seul

Dans son désert intérieur, sans amis sans aïeul

Confronté sans voile à ce qui nous angoisse

personne ne peut combattre à notre place

 

Pour autant nous ne sommes pas abandonnés

Encore moins démunis sans moyens de lutter

Nos proches nos soutiens ne sont jamais bien loin

Dans sa fidélité Dieu arme jusqu’aux dents

Qui veut tenir bon dans l’étreinte du serpent

 

Alors aux armes, aux armes concitoyens du ciel !

Puisons force et courage dans l’Eternel

Parons-nous pour mener ce combat spirituel

Relevons la tête et soyons insoumis

Face à tout ce qui écrase et avili

Contre ce qui voudrait nous éloigner de notre Dieu

Tenons-nous prêts et surtout ouvrons les yeux
 

Combat peu ordinaire, les armes données

Sont Justice, zèle, foi, salut et vérité

Ici la bienveillance remplace la violence

On n’se bat pas crispé sur ses poings fermés

On tient ferme, certes, mais avec les mains ouvertes

 

Il ne s’agit pas d’écraser mais d’accepter

Accepter d’avoir faim comme Jésus au désert

Qui en vient à saliver sur un tas de pierres

Oui accepter d’avoir des besoins et des désirs

En nous toujours ce manque qui nous fait souffrir

Et que Dieu seul pourra venir combler

 

Comme Jésus refusant le délire mégalomane

De sauter dans le vide, jouer à Superman

Accepter nos limites…

 

Comme lui résistant à l’attrait du pouvoir

Accepter de lâcher prise, ne pas tout maitriser

Bref accueillir nos failles, elles peuvent se déchirer

Nous rendre vulnérables, nous faire choir

Mais c’est par elles que la lumière de la grâce

Peut nous atteindre et illuminer nos faces

 

Alors aux armes, aux armes concitoyens du ciel !

Parons-nous pour mener ce combat spirituel

Tenez bon, soyez patients, mais pas trop patients

Sans être soupçonneux, soyez attentifs et conscients

 

Et si d’aventure vous vous trouviez en difficulté

Qu’il pèse bien trop lourd ce poids qu’il faut porter

Si vous perdez pieds au milieu de cette pagaille

Prenez courage et ne vous souciez plus guère

Souvenez-vous bien que ce n’est qu’une bataille

Et que notre Seigneur a déjà gagné la guerre

 

Que la paix de Dieu, qui surpasse tout ce qu’on pourrait en dire en 10000 alexandrins garde vos esprits et vos cœurs en Jésus Christ

 

Axelculterime

La liturgie d'entrée rimée (Jürgen Grauling)

Psaume 91 (extraits, psautier genevois)

Qui sous la garde du grand Dieu
Pour jamais se retire,
Sous son ombre, en un si haut lieu,
Assuré peut se dire.
Dieu seul est mon libérateur,
Mon espoir, mon asile;
Sous la main d’un tel protecteur,
Mon âme, sois tranquille.


5. Heureux d’avoir choisi ton Dieu
Pour protecteur, pour juge,
Tu trouves dans un si haut lieu
Un assuré refuge.
Aucun mal ne saurait toucher
Qui l’a pour sa défense,
Ni de sa maison approcher
Jamais rien qui l’offense.

6. Il aura soin de commander
Aux anges, ses ministres,
D’être avec toi pour te garder
D’événements sinistres.
En leurs mains ils te porteront,
Rendant ta route sûre;
Tes pieds jamais ne heurteront
Contre la pierre dure.

8. À tous ses vœux je répondrai;
Et quoi qu’il entreprenne,
Auprès de lui je me tiendrai,
Pour le tirer de peine.
À souhait il verra ses jours
Et prospérer et croître;
Et toujours pour lui mon secours
Sera prêt à paraître.

(Psautier de Genève 1729, Ps 91)

 

Confession des péchés

Nous voici en Carême

O mon Dieu, ça me donne le seum

C’est qu’il me faudrait lucidement ouvrir les yeux

sur les cent et mille nœuds

qui habitent mon âme

et tous les jours me blâment

C’est qu’ils me paraissent inextricables

et du coup je me sens lamentable

Pour que ça ne me prenne pas la tête

Je m’lance à corps perdu dans la fête

Pour ne pas me sentir mal,

à moi jeux, blagues, alcool et carnaval.

Mais ça ne fait reporter ma peine

égare plus loin encore la vie que je mène

Pour qu’un jour vraiment je m’aime

pour voir ô combien toi, tu m’aimes

Pour découvrir mes vraies passions

ouvrir les yeux sur ta Passion

Il me faudra regarder au-dedans de moi

et assembler patiemment les fils de ma foi

Il m’importera tout de même

d’entamer mon doux Carême !

 

Annonce de la grâce (Extrait du Psaume 91)

2. Des filets du rusé chasseur
Son secours te délivre;
Malgré le cruel oppresseur,
Sa bonté te fait vivre.
En tout temps il te couvrira
De l’ombre de ses ailes;
Son bouclier te sauvera
Des atteintes mortelles.

 

 

Prière d'ouverture

Mon Dieu, mon Dieu, ne m’abandonne pas

dans mon spirituel combat

Même quand la lucidité me paraît folle

guide-moi par ta Parole

Fais-moi traverser mes nuits

et que ta Lumière porte ses fruits

Afin que mes jours deviennent bons et beaux

et que je devienne un homme nouveau.

Par notre frère et Seigneur Jésus-Christ

un seul Dieu avec toi, Père, et le Saint-Esprit.

 

Carême, vous avez dit Carême ?

Le carême, peut-il être protestant ?

Par deux fois cette semaine, des paroissiennes m'ont signifié leur mécontentement du fait qu'on parle de carême. Le carême, chez les protestants, ça n'existe pas. C'est une expression "catho", n'est-ce pas ?

En effet, le mot n'est pas très protestant. Quelques puristes s'offusquèrent de son apparition dans le cantique protestant "Arc en Ciel" ou dans la série de conférences à France Culture intitulé "Carême protestant" (les dimanches à 16h). Autrefois, on préférait parler du "temps de la Passion", période où dans l'Eglise on se met dans les pas de Jésus sur le chemin de Jérusalem et de la croix, sans pour autant s'astreindre à un jeûne public et obligatoire. D'ailleurs "l'autre" pays de la Réforme du 16ème siècle, la Suisse a fait de l'obsolescence du jeûne une marque de fabrique, lorsque Zwingli et quelques comparses mangent ostensiblement de la viande en plein Carême et où le "Morgenstraich", carneval bâlois, nargue les villes catholiques voisines au beau milieu du temps d'abstinence saisonnière.

Bannir le mot ou évacuer l'introspection ?

Flickrstephanecareme

En bannissant le mot "Carême" n'y a-t-il pas la volonté d'évacuer le temps de la Passion, tout court ? Un temps d'introspection, d'interrogation personnelle, d'introspection où l'on ose ouvrir les yeux sur et d'affronter les replis sombres de notre âme.

De quoi mon addiction au tabac (mes fringales de chocolat/ma consommation/mes comportements compulsifs etc.) sont-ils le symptôme ? Comment puis-je m'en défaire ? Qu'est-ce qui m'en empêche ? Comment puis-je faire sauter tel frein à une vie plus épanouie, contrer telle angoisse récurrente qui me fait adopter des stratégies d'évitement ?

Oser les regarder en face et les confier au Christ qui passe 40 jours au désert et qui a affronté, traversé et vaincu tous les replis sombres de l'âme humaine sur la croix ?

Se souvenir qu'on est fait de terre, cendre et poussière que ce n'est que le Souffle Vivant en nous qui véritablement nous anime ?

Se confronter et confronter sa vie à la Parole qui a créé toute chose (Jean 1) ?

Bien sûr, c'est une démarche personnelle qui se fait dans le "secret de sa chambre", dans le vis-à-vis avec son Créateur ou avec l'aide d'un tiers, et non à travers une privation collective et obligatoire. En même temps, une période traditionnelle fournit l'occasion de ne plus retarder un retour sur soi et de s'entraider lorsque d'autres entament une démarche équivalente.

Bon carême !

Ou si vous préférez : un temps de la Passion béni !

Jürgen Grauling

Pour en savoir plus sur le carême protestant sur France Culture : http://www.careme-protestant.org/spip.php (Cette année les conférences sont assurées par le pasteur Laurent Schlumberger) Télécharger le bon de commande avec des infos utiles : Care me 2018 bon de commande pdf be ta copiecare-me-2018-bon-de-commande-pdf-be-ta-copie.pdf (214.42 Ko)

Podcast/écoute : https://www.franceculture.fr/emissions/careme-protestant/careme-protestant-16-du-dimanche-18-fevrier-2018

Photo : (c) Flickr stephane