Actualités

Chaussures neuves - Calendrier de l'Avent Nov27

Calendrier de l'Avent Nov27

Chaussures neuves

1127bis

Aujourd'hui, j'ai mis des chaussures neuves.

Marre des vieilles savates usées. Il est temps d'emprunter de nouveaux chemins.

Cela tombe bien. C'est le premier dimanche de l'Avent, le début d'une année toute neuve (liturgiquement parlant).

En plus, il y a des primaires, paraît-il, l'occasion de tout chambouler, de "renverser la table". De désigner un nouvel "homme fort", "providentiel".

Vous y croyez encore aux sauveurs providentiels, réincarnations du Général de Gaulle ou... du roi David ?

"Voici que ton roi s'avance vers toi : il est juste et victorieux", nous promet le mot d'ordre de la semaine (Zacharie 9, 9). Mais le texte poursuit : "Il est humble et monté sur un âne, le petit d'une ânesse."

Voilà un "leader" qui évolue à hauteur de la foule, à proximité des "petits", les entraînant dans son sillage.

Tout en humilité, tout en douceur, arrimant le droit à la justice, faisant s'embrasser justice, paix et vérité.

...

Il va falloir y mettre du mien. Impossible d'attendre passivement que "ceux là-haut" règlent tout à ma place et à leur guise.

La justice n'advient que si tout le monde s'y engage.

Il va falloir user ces chaussures un peu, pour marcher sur ces nouveaux sentiers dans le sillage de Celui qui vient (adventus).

Cela tombe bien. Toutes neuves, elles me faisaient mal aux pieds.

Bonne route sur les chemins d'espérance !

Jürgen Grauling

 

 

Lire la suite

Après Saint-Etienne-du-Rouvray : retourner à l'église ?

Retourner à l’église, continuer à vivre, en toute conscience

img-3013.jpg

Des terroristes entrent dans une église et y assassinent un prêtre en train de célébrer l’amour du Christ. Voilà ce que nous avons dû vivre en ce 26 juillet 2016.

Après avoir exprimé notre horreur, nos condoléances à l’Église catholique et aux proches du Père Jacques Hamel, après avoir observé un funeste rituel de deuil national et de minutes de silence, comment continuer à vivre ?

Dimanche prochain, irez-vous au culte, à la messe, samedi à la synagogue, vendredi à la mosquée ?

Car ne nous leurrons pas. Aujourd’hui, la terreur salafiste a visé le catholicisme, mais toutes les confessions chrétiennes, la religion israélite, mais aussi l’islam pacifique et non-politique, l’alévisme, et même l’agnosticisme, tout ce qui ne professe pas la même idéologie de mort et de rigorisme est également dans le collimateur de « islamisme ».

Bien sûr, que l’angoisse rôde. A Sélestat, nous avons eu récemment beaucoup de mariages et cultes avec des enfants. A chaque fois, je n’ai pu m’empêcher de penser aux fous furieux qui pourraient faire irruption. Contrairement à beaucoup, je n’ai pas oublié Villejuif où un assassin s’était tiré une balle dans le pied avant de pouvoir mettre à exécution son plan de « visiter » violemment une messe…

Pourtant, pas question de céder à la peur ni à la haine aveugle. Les cultes et messes continueront d’avoir lieu, et nous espérons que vous y participerez, nombreux. D’ailleurs, y a-t-il vraiment des lieux où l’on soit en sécurité ?

Aller à l’église, admirer un feu d’artifice, faire une halte sur la terrasse d’un café, fréquenter des concerts et des plages, chercher le dialogue en vérité avec mon prochain musulman… Surtout n’arrêtons pas de le faire, si cela nous tient à cœur.

 

Continuons à vivre. Mais en toute conscience...

Conscients du danger, en nous y adaptant et en prenant des précautions. Rafraîchir nos connaissances des premiers secours, observer notre environnement en guettant des agissements suspects, repérer les issues possibles, fermer les portes de l’église à clé après le début des célébrations. Ah, nous qui secouions la tête en regardant les communautés libanaises célébrer des messes avec des milices armés protégeant l’entrée ! Peut-être, et ce serait de belle augure, les chrétiens garderont les lieux de culte musulmans et inversement ?

Conscients de chaque instant de bonheur, de chaque étincelle de vie qui s’offre à nous. Reconnaissants de tout moment que nous vivons pleinement avec les personnes qui nous entourent.

Conscients enfin que nous sommes responsables de notre manière de vivre et de croire. Dès lors que les principes, les rites et le rigorisme l’emportent sur le sens et l’humble recherche spirituelle, il y a danger de radicalisation, quelle que soit la religion ou l’idéologie.

 

Comme je suis en vacances, je n’avais pas forcément prévu d’aller au culte. Mais en considération de la situation, j’irai. S’il n’y a pas de temple à proximité, je prierai et chanterai avec mes sœurs et frères catholiques. Comme un acte de ma foi qui croit que l’amour est plus fort que la mort. Comme un chant pascal : Craindrais-je encore ? Il vit à jamais, celui que j’adore, le Prince de Paix. Il est ma victoire, mon puissant soutien, ma vie et ma gloire : non, je ne crains rien. A toi la gloire, ô Ressuscité, à toi la victoire, pour l’éternité !

 

Jürgen Grauling

 

Pour aller plus loin, méditer le testament spirituel de Christian de Chergé, prieur assassiné des moines de Tibhirine : cliquez ici pour un lien de La Croix.

Précarité résiliée - Quel Noël après une année 2015 mouvementée ?

Précarité ! Noël après une année mouvementée.

Img 0090

Dites : « Si Dieu veut et nous vivons, nous ferons ceci et cela… ! », nous exhorte l’épître de Jacques (chapitre 4, verset 15). Avec les récents attentats, cette devise prend un tout autre relief. Il ne s’agit pas de pieuserie, mais d’une invitation à prendre conscience de la précarité de notre existence.

La précarité, dans notre esprit, c’est pour les autres : le tiers monde, les réfugiés, les malades en rémission (de dépression ou du cancer), les sdf, les endeuillés et les réchappés d’accident, l’enfant né dans une mangeoire. Nous qui étions habitués à un système de sécurité (sociale, chômage, aides, allocations, forces de l’ordre) vivions tellement dans une certaine insouciance que

  • d’un côté, nous avions du mal à compatir à la précarité des autres, à découvrir en eux des « prochains », à nous sentir familiers de leurs souffrances (par peur d’être contaminés ?)
  • et, de l’autre, nous assistions à une recherche de sensations fortes artificielles (conduites à risque, sports extrêmes, consommation de stupéfiants)

Les attentats, réels ou empêchés (!), de 2015, nous rappellent brutalement l’équilibre fragile de la paix sociale et de nos conditions de vie. Pouvant frapper n’importe où, en pleine rue, sur les terrasses des cafés, le dimanche à l’office religieux, dans un train Thalys, lors d’un concert, au supermarché, demain – qui sait et sans vouloir semer la panique – au plein milieu d’un marché de Noël, la terreur veut nous déstabiliser et nous plonger dans la frayeur irrationnelle. Et elle y réussit (en partie) ! Surenchère sécuritaire, radicalisation, méfiance et haine vis-à-vis de l’étranger, peur de fréquenter des lieux publics, isolement, augmentation du sentiment de morosité, fuite dans un monde imaginaire (de la toxicomanie aux délires millénaristes) sont malheureusement des phénomènes fréquents que nous devons considérer comme des séquelles post-traumatiques.

Intégrer la précarité et cheminer vers la résilience

Comment vivre et surmonter ces terribles épreuves ?

« Veillez et priez ! », conseille Jésus à ses disciples à Gethsémani (Matthieu 26/36-46), lorsqu’il est sur le point d’être arrêté et livré à la torture. Lui-même éprouve ce besoin impérieux de prier.

Prier, encore une pieuserie ? Quand nous intercédons pour la paix dans le monde, cela ne semble pas très efficace, n’est-ce pas ?

La prière dans laquelle se plonge Jésus, elle, est différente, bien qu’il prie, lui aussi, pour être épargné (« Que cette coupe de douleur passe à côté de moi ? ») et exprime ainsi son angoisse très humaine et le désir d’harmonie. Il poursuit toutefois en tremblant : « Mais que Ta volonté soit faite et non la mienne. ».

Laisserait-il entendre que la violence correspond à la volonté divine ? Certainement pas ! Jésus a saisi et intégré que la violence aveugle est un engrenage qui a une logique propre qu’il est parfois impossible à enrayer. Sauf en refusant d’y céder soi-même et d’accepter de la subir et, dans les cas extrêmes, d’y laisser sa peau. Dans l’espoir mystérieux d’ouvrir une nouvelle voie, la voie de la compassion… malgré la violence et la mort. C’est en cela qu’il reconnaît la volonté du Père, et pour cela qu’il cherche à puiser des forces spirituelles dans la prière.

Après les attentats du 13 novembre, certaines victimes et passants étaient sur le chemin de cette résilience. Telle cette « mamie Danielle », adhérente de l’ACAT (Action des Chrétiens pour l'abolition de la torture et de la peine de mort), qui dit vouloir fraterniser avec les cinq millions de musulmans paisibles et combattre les 10000 radicalisés. Ou Antoine, père d’un enfant de 17 mois, qui a perdu sa femme au Bataclan, s’adressant aux terroristes comme suit : « Vendredi soir vous avez volé la vie d’un être d’exception, l’amour de ma vie, la mère de mon fils mais vous n’aurez pas ma haine ! [… Quant à mon fils,] nous allons jouer comme tous les jours et toute sa vie ce petit garçon vous fera l’affront d’être heureux et libre. Car non, vous n’aurez pas sa haine. »

La vie peut reprendre, clairvoyante concernant sa précarité, ayant traversé la part d’ombre, pour s’ouvrir complètement à la lumière de la compassion (qui n’empêche pas d’appliquer la rigueur contre les malfaiteurs !).

Après – malgré et en dépit de – cette année mouvementée, les yeux grand ouverts sur la précarité,

choisissez la vie !

Jürgen Grauling, pasteur

Lire la suite

Au-delà de l’élan inspiré par l’Evangile : à la recherche d’une Realpolitik migratoire

Guy Béart « avouait être "de gauche" quand il méditait mais "de droite" quand il agissait » (AFP).

J’ai tendance à vivre les mêmes tensions quand il s’agit de mettre en pratique les préceptes de l’Evangile. Notamment dans la crise récente, et pourtant si ancienne, dite des réfugiés.

Lorsque je médite les paroles du Christ, tout semble évident, sans appel. L’amour du prochain, l’hospitalité sacrée, la règle d’or, lâcher ses richesses, Matthieu 25, le Bon Samaritain, la parabole du riche et de Lazare… y a-t-il même à discuter ?

La brutalité de la Hongrie de Victor Orbàn me répugne, les manipulations outrancières des intox de propagande brune – « marine » ou plus chienlit encore – également. Il est impossible de se barricader en prétendant que le malheur à notre porte ne nous concerne pas. Sans céder à la culpabilité malvenue (bien sûr que nos pays sont importateurs de pétrole et exportateurs d’armes, mais est-ce que cela explique tout ?), l’Europe occidentale d’après-guerre s’est construite sur des principes d’un humanisme plutôt généreux pour qui les accords de Vienne (pour les réfugiés de guerre) et l’asile politique sont importants.

Cependant, le chiffre avancé par le ministre de l’Intérieur allemand à la consonance toute huguenote, Thomas de Maizière, parlant de 800.000 réfugiés arrivant en Allemagne en 2015 (le vice-chancelier Gabriel  a récemment corrigé en 1 Million), sans doute plus dans les années à venir, ce chiffre a de quoi donner le tournis. On peut supposer que pour une Allemagne en mal de natalité des « invités » plutôt bien formés sont une aubaine. Mais tout de même, je doute qu’un tel flot régulier puisse être absorbé et intégré. D’un autre côté, l’Europe doit-elle ainsi priver la Syrie de ses forces vives qui seraient appelées à reconstruire un pays en ruine après la chute hypothétique de Daesh et d’Assad ? Et les autres victimes et déplacés de guerres dans le monde, qui n’ont pas les moyens d’arriver jusqu’en Europe : Congolais, Erythréens, Libyens, les femmes, enfants et personnes âgées ? Car ceux qui arrivent actuellement, n’étaient pas tous en danger immédiat, bénéficiant déjà d’un statut de réfugiés en Turquie, au Liban ou en Jordanie, et ayant les moyens suffisants pour payer des passeurs, ils n’étaient donc pas les plus fragilisés.

Aussi réjouissantes qu’étaient les images d’un élan humanitaire sans égal – de simples citoyens qui se mobilisent pour offrir habits, matelas, jouets, temps – aussi aléatoires sont les suites. La spontanéité du Bon Samaritain, elle, pouvait se reposer sur des mains expertes entre lesquelles il laisse son prochain blessé dès le lendemain…

L’Allemagne de Merkel a-t-elle l’haleine suffisamment longue, les reins assez solides pour relever le défi posé par l’afflux massif et surtout l’intégration de ces réfugiés ? Ou les bien-nommés Angela et son vice-chancelier Gabriel font-ils preuve d’un angélisme des plus naïfs qui mettent en place, à leur corps défendant, les conditions pour une future implosion sociale, en donnant des ailes aux extrémismes ? Car une société se construit sur un processus lent et complexe de contrat social ; celui-ci peut être mis en péril.

En France, quelques voix appellent à emboîter le pas à son voisin allemand, au-delà des 24.000 réfugiés « français » en deux ans qui constituent un chiffre anecdotique face à l’ampleur du problème. Certaines organisations rêvent à une abolition pure et simple des frontières et à la régularisation de tous les migrants, qu’ils soient politiques, économiques, climatiques ou réfugiés de guerre. Un tel idéal de générosité ne relève-t-il pas tout simplement d’irresponsabilité, si nous considérons les chiffres auxquels nous devons nous attendre ?

Alors, j’entends les appels de l’Union des Eglises Protestantes d’Alsace et de Lorraine (UEPAL), de la Fédération Protestante de France (FPF), de la Fédération d’Entraide Protestante (FEP), du pape François, appelant à accueillir des réfugiés dans nos paroisses ou dans nos maisons. Oui, très certainement, nous avons des efforts à faire dans nos actions diaconales et de solidarité, pas seulement envers les migrants. Chaque paroisse doit réfléchir à la manière concrète et symbolique dont elle peut venir en aide aux prochains les plus démunis, cette crise migratoire met en exergue la détresse sociale qui existe jusque dans nos quartiers et nos campagnes.

Mais je me refuse de croire que nous avons réponse à tout, que l’élan de générosité est sans limite et qu’il suffirait d’appliquer de manière littérale les préceptes de l’Evangile.

L’Evangile est un aiguillon qui nous pousse à agir, certes, mais aussi à réfléchir à des moyens d’agir de manière juste, concrète et réaliste.

Quant à la crise des réfugiés, nous ne disposons peut-être pas encore des moyens adaptés. Si nous ne voulons pas de ces violences aux frontières de l’Europe pour contenir l’arrivée des réfugiés, ni ne pouvons accueillir et intégrer des millions de migrants, c’est que nous devons continuer à chercher des solutions valables.

Quelques pistes ont été évoquées et bien qu’elles aient été décriées, elles valent, à mon sens, la peine d’être explorées :

  • la mise en place d’un statut de réfugié de guerre, garantissant une protection, mais qu’un séjour provisoire. Sans doute faut-il faire évoluer ce statut, dans le cas où le conflit dans le pays d’origine s’enlise et que le séjour se prolonge au-delà de cinq ans.
  • la mise en place de zones sécurisées, à proximité des zones de conflits pour venir en aide le plus possible sur place, sans inciter les personnes à entreprendre des voyages périlleux et entretenir des réseaux criminels de passeurs.

J’ajoute :

  • la construction de camps de réfugiés provisoires mais suffisamment confortables en Europe, où les réfugiés organisent une vie sociale, employant les forces vives présentes : enseignants, médecins etc. du pays, permettant aux enfants et aux étudiants de poursuivre leurs études, et de préparer la future reconstruction du pays en guerre, profitant d’une organisation démocratique qui serait à instaurer à l’intérieur des camps.

Je prends le risque de nommer ces pistes, bien que n’étant pas formé à la résolution des crises. Aussi démandé-je de l’indulgence pour ce qui pourrait sembler naïf. Toutefois, je prie pour que nos dirigeant-e-s soient inspiré-e-s à la recherche de chemins nouveaux vers une Realpolitik de la migration.

 

J. Grauling, pasteur

Img 2588

 

www.martinbucer.org

Pour l'accès à notre site, nous avons décidé de mettre à l'honneur Martin Bucer (1491-1551). Notre foyer lui est déjà dédié depuis de longues décennies.

Désormais, vous arriverez sur notre site Internet en tapant www.martinbucer.org.

Quoi de plus évident pour cet enfant sélestadien devenu par la suite "le" Réformateur de la Ville de Strasbourg ?

Né à Sélestat à deux pas de l'actuelle église protestante (à l'époque église conventuelle des Franciscains) le 11 novembre 1491, Martin s'imprègne de l'esprit humaniste à la célèbre école latine aux côtés de Beatus Rhenanus avec qui il gardera contact durant toute sa vie. Il entre ensuite au couvent des Dominicains.

Après avoir croisé l'autre Martin, le Wittembergeois Luther, en 1518 lors de la dispute de Heidelberg, Bucer se rallie à la Réforme. Il devient vicaire à Wissembourg (1522) où il épouse Elisabeth Silbereisen (morte en 1541 de la peste avec cinq de leurs enfants), puis pasteur à Strasbourg en 1524 après son excommunication par l'évêque de Spire.

Il y devient le principal responsable de la Réforme Protestante locale et réorganise la vie ecclésiale en collaboration avec l'humaniste Sturm.

En lien avec tous les responsables protestants de l'époque, il cherche - en vain - d'éviter le schisme entre luthériens et zwingliens lors du colloque de Marbourg (1529) sur la Sainte Cène, et accueillera Calvin pendant plusieurs années à Strasbourg.

Après la Contre-Reforme, Bucer est contraint à l'exil en Angleterre (1549). Enseignant à Cambridge et collaborant à la jeune réforme anglicane, il s'éteint le 28 février 1551.

Qu'aurait-il pensé s'il avait su que l'église à proximité de sa maison natale deviendrait 390 ans après sa naissance un lieu de culte protestant, alors que sa ville d'origie s'était résolument fermée à la Réforme, notamment après la Guerre des paysans dont la terrible bataille de Scherwiller se déroula en 1525, aux portes de la ville de la décapole ?

Nouveau site Internet pour Paroisse protestante de Sélestat

Paroisse protestante de Sélestat se dote d'un nouveau site internet : Paroisse protestante de Sélestat. Ce site vous permettra de consulter des informations sur la paroisse et de suivre son actualité.

Ce site est actuellement en construction, mais nous travaillons activement pour que Paroisse protestante de Sélestat se dote d'un site web complet et utile !

Nous vous souhaitons une bonne visite sur notre site Internet.

L'adresse provisoire du site est : http://selestuepal.e-monsite.com. A terme, elle devrait être modifiée et le site débarassé des publicités.